La personne qui a, comme consommation, une dose régulière d’alcool, une dose de cannabis, d’héroïne ou d’un narcotique a souvent une transpiration abondante la nuit. Cet état de fait vaut également pour la consommation ou prise d’un médicament dérivé d’opiacés. La sueur excessive est un symptôme de la dépendance, de la consommation, du sevrage ou du syndrome d’abstinence pour l’une de ces substances.

La sueur excessive est parfois un symptôme de la dépendance à l'alcool, cannabis,ou narcotique.

Après une soirée arrosée en alcool, il n’est pas rare que l’on se réveille dans un état de transpiration. Lors d’un sevrage pour la consommation de drogues comme le cannabis, la personne peut ressentir des effets psychologiques et physiques consécutifs à la dépendance. Parmi les effets et symptômes physiques de la consommation de doses de drogues, on trouve des symptômes comme les sueurs froides et la transpiration. La prise de médicaments analgésiques narcotiques tels que la morphine pour supprimer la douleur peut aussi provoquer ces effets. Parmi ceux-ci figure une sudation importante. Cet état fait partie des conséquences de la dépendance de plusieurs années à une substance ou produit sur la santé de la personne.

Dans cet article, nous analysons les symptômes de l’utilisation de trois produits : l’alcool, le cannabis et les narcotiques. Nous nous centrons sur l’hypersudation, due à une consommation des trois substances citées. Peu importe l’usage que la personne fait de l’un de ces produits. La transpiration consécutive à la consommation d’une dose de ces drogues provoque des risques et des problèmes pour la santé. Selon les données de nombreuses études, cela mène à des troubles et des symptômes plus graves. Outre les troubles physiques, ces études indiquent qu’une dose de ces produits aura un effet négatif sur la santé mentale. Cet effet inclut de la dépression ou état dépressif. Nous nous intéresserons aux solutions existant pour traiter la transpiration abondante dus à l’usage de ces produits. La solution que nous proposons sert à arrêter les sueurs nocturnes dans le haut du corps. Peu importe qu’elles résultent de l’usage de doses de marijuana, de l’utilisation de substances à base d’opium ou d’un autre médicament provoquant une toxicomanie ou dépendance.

Le risque de transpiration excessive lors de la consommation d’alcool

Se retrouver en pleine sueur, dès les premières heures de la journée, après une nuit de fête bien arrosée d’alcool est une chose courante. La transpiration suite à une dose importante de boissons alcoolisées constitue un trouble corporel normal. Le corps tente en effet de se défaire du surplus de toxines en provoquant cet état et les troubles associés. On constate, dans ce cas, des troubles du système nerveux due à la consommation d’alcool. Le corps a des difficultés à procéder à la régulation de sa température à cause de cette substance. Cela constitue bien entendu un risque pour le système nerveux et la santé en général.

La personne sous les effets de la consommation d’alcool ressentira davantage de chaleur et aura des rougeurs ou « flushs » au visage. L’effet de transpiration excessive peut également s’expliquer par l’augmentation du rythme cardiaque et de la circulation sanguine. L’usage d’alcool provoque une hausse du rythme cardiaque. Il peut s’agir de symptômes tels que la tachycardie ou l’arythmie. Cela engendre ensuite des réactions sur la santé et des troubles tels que des vasodilatations, une augmentation du volume des vaisseaux sanguins. Le sang passe plus près de l’extrémité de la peau. Et finalement, la température augmente tout comme les sueurs.

En termes de santé, un des risques d’une transpiration excessive due à la consommation d’alcool sera l’état de déshydratation. L’usage d’alcool peut en outre avoir des effets adverses tels qu’une céphalée ou douleur au niveau du crane. La transpiration fait partie des symptômes de la consommation d’alcool. Par ailleurs, outre ces risques, la transpiration abondante due à l’usage d’alcool s’accompagne souvent d’une augmentation de l’envie d’uriner et de vomissements. La fréquence importante des sueurs dues à l’alcool la nuit se doit au fait que la consommation d’alcool a lieu en soirée. La consommation d’alcool aura également de nombreuses répercussions dans la vie de la personne. Elle provoquera des troubles de l’humeur comme un état de nervosité ou un état de dépression.

La transpiration excessive dans le cadre de l’utilisation de cannabis

La consommation de drogues est susceptible de provoquer des sueurs importantes chez l’usager. Les consommateurs d’opiacés tels que l’héroïne connaissent des périodes transpiration excessive. Nous évoquerons également la consommation de cette drogue dans la section consacrée aux effets des médicaments narcotiques.

Malgré sa légalisation dans certains pays comme le Canada, dans plusieurs études, les données montrent que l’usage du cannabis provoque aussi une dépendance. Cependant, tous les pays n’ont pas un système aussi souple qu’un état comme le Canada. Par rapport aux autres drogues, la toxicomanie et la dépendance engendrées par la consommation de cette substance sont moindres. La toxicomanie à la marijuana dépend fortement de la fréquence des doses quotidiennes d’utilisation de la substance.

Les troubles de la consommation du cannabis

Dans le cas du cannabis, également dénommé marijuana, lors d’un sevrage, le consommateur ressent différents symptômes physiques. Ces derniers se doivent au syndrome d’abstinence de la consommation de thc, principal composant psychotrope du cannabis. On constate des symptômes tels que les maux de tête et les tremblements corporels. Les troubles du sommeil, la diminution de l’appétit, les sueurs froides et la transpiration excessive figurent aussi parmi ces symptômes. Par ailleurs, ces troubles du sommeil provoqueront un état de fatigue chez le consommateur de thc. Cet état deviendra certainement un problème dans la vie de tous les jours.

L’usage de drogues et autres produits illicites peut provoquer ce genre d’effet chez la personne. L’hypersudation a lieu dans le cadre du sevrage. Le succès du sevrage dépend des années de consommation de cannabis. Lors du sevrage de marijuana, la personne passera par un syndrome d’abstinence. Ce syndrome d’abstinence inclut les sueurs importantes. Hormis les symptômes physiques, la personne qui souffre de toxicomanie à une drogue comme la marijuana pourra ressentir des effets psychologiques. Citons entre autres les troubles de l’anxiété, l’hyperactivité, les changements d’humeur et un état de fatigue.

Les symptômes du sevrage à la marijuana auront une durée de maximum d’un mois. Toutefois, cela dépend du nombre d’années de consommation de marijuana. Lors du sevrage, un médecin devra suivre les patients et adapter le traitement. Le médecin contrôlera l’importance des symptômes et des troubles dus à l’arrêt de la consommation de cannabis et de thc. De cette façon, la personne accoutumée à l’usage de la marijuana pourra retrouver une vie normale en pleine santé. Elle pourra mener une vie dans un état serein, sans dépendre de l’usage du THC, de la marijuana ou de tous types de produits.

Transpiration, héroïne, méthadone, opiacés et narcotiques

Pour l’héroïne, le suivi médical lors du sevrage comprendra l’utilisation d’un substitut tel qu’un traitement à la méthadone. La méthadone est un médicament que prescrit le médecin pour venir à bout de la toxicomanie aux opiacés. Le consommateur d’héroïne qui souhaite se défaire de ce produit via un traitement à la méthadone devra se faire suivre par un médecin. Ce dernier pourra estimer le risque pour la santé et choisir le traitement qui convient à l’état des patients.

Transpiration provoqué par la drogue : heroïne, méthadone, opiacés et narcotiques

L’utilisation de narcotiques tels que l’opium ou les médicaments ou drogues dérivés d’opiacés provoque également différents symptômes physiques et psychiques. Parmi ces médicaments, on trouve la morphine, un analgésique narcotique pour réduire la douleur lors d’un traitement face à certaines maladies. L’utilisation d’un narcotique engendre de nombreux effets secondaires. Aux côtés d’effets tels que les modifications de libido ou activité sexuelle, les problèmes urinaires, les douleurs de crâne, les troubles du sommeil, on trouve l’hypersudation. Le consommateur de narcotiques rencontrera, lors de sa consommation et du sevrage, d’autres effets secondaires. On trouve également des symptômes tels que les troubles cardiaques, un état dépressif et des troubles de l’humeur. Les conséquences sur le système nerveux font aussi partie des effets secondaires dus à la consommation de narcotiques. Citons encore d’autres symptômes du sevrage ou de l’arrêt d’un médicament narcotique tels que la peau moite, les sueurs froides. Le risque de dépression et les problèmes respiratoires et de vision font aussi partie des effets secondaires de l’usage de narcotiques.

Dans tous les cas, si lors du sevrage, les symptômes tels que les sueurs accrues sont persistants, contactez un médecin. Ce dernier pourra évaluer le risque de la prise du médicament narcotique ou adapter les doses. Les patients pourront de la sorte mener une vie normale malgré la consommation du médicament ou d’autres substances.

Éliminer les sueurs dues à l’alcool, au cannabis et aux narcotiques

Plusieurs solutions existent pour éliminer les effets et symptômes de la consommation d’alcool ou de drogues. Dans le cadre d’une toxicomanie, il est aussi possible d’avoir recours à une plante telle que le kudzu (Pueraria_montana). Cette plante d’origine asiatique est reconnue pour ses bienfaits calmants et anti-inflammatoires. 

Outre cette solution, il existe une méthode ingénieuse pour endiguer les sueurs nocturnes au niveau du crâne et du cou. DORSUP a créé une taie d’oreiller absorbante capable d’absorber la transpiration nocturne au niveau de la tête. Fini les réveils en plein milieu de la nuit à cause d’une sudation abondante. Conçue dans une matière similaire à une serviette-éponge classique, la taie d’oreiller de DORSUP est garantie à vie.

Pour lutter contre les Sueurs Nocturnes, la société DORSUP vous donne cette possibilité avec cette taie d'oreiller spéciale pour la Transpiration la nuit.

Toutefois, nous tenons à rappeler que la technique de Dorsup pour éliminer la transpiration nocturne excessive est une solution ponctuelle. Si vous suivez un sevrage à l’une des substances évoquées plus haut, un médecin devra se charger de votre suivi. Il choisira ainsi le traitement adéquat pour éliminer les symptômes du syndrome d’abstinence.

La solution de Dorsup aidera la personne qui souffre de sueurs nocturnes dues à une toxicomanie à l’un des trois produits cités antérieurement. Que vous ayez de la transpiration nocturne, due à une dépendance à une substance comme le cannabis, l’alcool, l’héroïne, à un médicament, peu importe. La taie d’oreiller de Dorsup est une méthode ponctuelle pour éliminer la sueur au niveau du visage quelle qu’en soit la cause. Il peut s’agir de sueurs dues à un syndrome d’abstinence résultant de divers contextes. En effet, ces sueurs peuvent aussi survenir dans le cadre de la prise d’un médicament à base de morphine ou de la consommation d’une drogue issue d’opiacés. Par conséquent, même si les patients veulent éliminer cette transpiration nocturne grâce à Dorsup, il faudra qu’ils consultent un médecin. Ce dernier pourra ainsi les orienter vers un autre traitement.

Pour une vie débarrassée de la toxicomanie et de ses symptômes

Une vie sans sueurs nocturnes est synonyme d’un meilleur sommeil. Selon les données de plusieurs études, il existe un rapport entre la façon de dormir et le nombre d’années que compte notre vie. Une personne qui dort ses huit heures de sommeil, sans interruption due à la transpiration, aura une vie plus longue.

Lors d’articles précédents, nous avons vu que la transpiration nocturne était susceptible d’avoir plusieurs conséquences influant sur la vie de la personne. Trouver une méthode pour venir à bout de ce trouble du sommeil et de ses symptômes est la garantie d’une vie meilleure. C’est la raison pour laquelle, en premier lieu, la personne devra trouver une façon de vaincre sa toxicomanie et sa dépendance. Il faudra que la personne ne dépende plus de produits, de substances ou d’un substitut à une drogue telle qu’un traitement méthadone. Les symptômes, les troubles, la douleur et les risques pour la santé, relatifs à la consommation ou prise de drogues disparaitront. Cette amélioration concerne le thc, l’opium, l’alcool, la morphine, l’héroïne ou autres opiacés.