Lorsqu’une personne souffre d’hypoglycémie, son taux de sucre dans le sang affiche une diminution. Pour qu’il y ait une crise hypoglycémique, le niveau de glucose dans le sang doit être sous la barre des 0,7 g/l.  Chez l’enfant, ce niveau est inférieur à 0,4 g/l. Dans cet article, nous détaillerons, d’abord les symptômes bénins et graves de l’hypoglycémie. Parmi les indices légers de l’hypoglycémie, on trouve la transpiration excessive.

Nous traiterons également des causes principales de l’hypoglycémie telles que la consommation de médicaments en tant que traitement pour le diabète. D’autres causes moins courantes de l’hypoglycémie existent cependant.

Nous parlerons ensuite des conséquences et des répercussions de l’hypoglycémie dans la vie des patients. Enfin, nous détaillerons les différents traitements et solutions pour faire face à ce trouble et aux crises qui l’accompagnent.

Définition de l’hypoglycémie

Lorsque l’hypoglycémie affecte des sujets qui ne souffrent pas de diabète, on parle d’hypoglycémie réactionnelle. Il s’agit de l’hypoglycémie la plus rare. L’hypoglycémie est une des conséquences courantes du diabète. On considère qu’un patient souffre de ce trouble lorsqu’il connaît des diminutions d’énergie soudaines. Ces baisses sont souvent associées à des périodes de nervosité, de tremblements, de faim et de transpiration excessive pouvant se manifester la nuit abondamment.

L'hypoglycémie provoque des baisses d’énergie soudaines

On estime qu’on est en présence d’une crise hypoglycémique réactionnelle lorsque le niveau de glucose dans le sang des patients se trouve en deçà de 0,7 g/l lorsque les signes apparaissent.  En d’autres termes, ce trouble consiste en une diminution de la glycémie, c’est-à-dire la mesure du taux de glucose dans le sang. Chez les patients diabétiques, la glycémie varie car il n’y a pas assez d’insuline pour permettre la régulation du taux de sucre. Toutefois, généralement, le diabète sucré se caractérise par une hausse des niveaux de sucre dans le sang, à savoir une hyperglycémie.

Ces différents critères pour définir l’hypoglycémie ont été inventés, en 1930, par le Docteur Allen Whippie, un chirurgien des États-Unis. Celui-ci était, au départ, spécialisé dans les maladies du pancréas.

L’hypoglycémie : quels sont les symptômes ?

Les signes avant-coureurs de l’hypoglycémie sont soit considérés comme bénins, soit comme graves. On constate la survenue des symptômes de l’hypoglycémie lorsque le taux de sucre passe sous les 60 mg/dl de sang. Ils constituent en outre des indices d’hypoglycémies. Leur importance détermine le type d’hypoglycémie. Selon leur gravité, ils auront diverses répercussions et conséquences sur la santé.

Parmi les indicateurs légers de l’hypoglycémie, on trouve la transpiration excessive, les troubles nerveux, les tremblements, les crises d’évanouissement, les palpitations cardiaques et la faim. Ces symptômes légers font partie de l’hypoglycémie réactionnelle. Ils surviennent généralement entre 3 à 4 heures après la consommation d’un repas important en glucides et en sucres.

Comme nous le verrons plus tard, suite à cette baisse de la glycémie, l’organisme va réagir. Les divers symptômes légers se doivent à l’adrénaline secrétée par les glandes surrénales. L’adrénaline va favoriser la diffusion de sucre emmagasinée dans le corps. Parallèlement à cette libération, elle provoquera l’émergence des signes cités précédemment.

Les symptômes graves incluent des troubles tels que les étourdissements, la fatigue chronique, la faiblesse physique, les maux de tête et les problèmes de concentration. On trouve encore parmi les symptômes sévères des troubles tels que la confusion, les difficultés d’élocution, la vision embrouillée, les convulsions et le coma. Un sujet diabétique sera davantage victime de ce type de symptômes.

L'hypoglycémie provoque étourdissements, faiblesse physique,

Pour un sujet atteint d’insulinome, la survenue des signes aura lieu généralement dès les premières heures de la matinée. Ils pourront également survenir le soir, après le jeûne, principalement lorsqu’une activité physique consomme le glucose. Parmi les traitements de l’hypoglycémie, on trouve la consommation de glucides.

Les causes de l’hypoglycémie

La cause la plus courante de l’hypoglycémie est la prise d’un médicament en tant que traitement pour faire face au diabète. Toutefois, des causes moins courantes peuvent survenir. Ces facteurs moins fréquents sont par exemple la prise d’un autre type de médicament, une pathologie sévère, un organe défaillant et une intolérance aux glucides ou glucose. La présence d’une tumeur générant de l’insuline dans le pancréas est également une cause de l’hypoglycémie. Certaines interventions chirurgicales pour la perte de poids peuvent aussi expliquer la survenue de crises d’hypoglycémie.

Dans le cas d’une maladie, on parlera d’hypoglycémies organiques. Celles-ci se doivent à la prise de médicaments dans le cadre du traitement de la maladie tels que les antiarythmiques, les antibiotiques, les antalgiques et certains types d’antidépresseurs. Une maladie endocrinienne pourra également être la cause d’hypoglycémies chez un sujet qui n’est pas diabétique. Parmi ces pathologies endocriniennes, on trouve l’insuffisance des glandes surrénales, l’hypothyroïdie, l’insuffisance antéhypophysaire ou encore un manque d’hormone de croissance. 

L’insulinome, à savoir une tumeur du pancréas, provoque des hypoglycémies sévères. Un taux d’insuline très élevé est un signe de l’insulinome. Les tumeurs hépatiques peuvent aussi causer des hypoglycémies. Les patients en réanimation, suite à des problèmes cardiaques, connaissent également de telles crises.

La consommation aiguë d’alcool entrainant un coma est aussi une des causes de l’hypoglycémie. La consommation de médicaments hypoglycémiants ou une injection d’insuline explique également la survenue de crises d’hypoglycémie.  Il s’agit d’une maladie psychiatrique dont sont victimes les femmes de la sphère médical ou ayant un proche victime de diabète.

Hypoglycémie : répercussions

L’hypoglycémie entraîne des répercussions diverses sur le plan de la santé. La faiblesse des taux de sucre dans le sang peut court-circuiter le fonctionnement d’autres organes. Ainsi, le cerveau, un organe facilement affecté par les diminutions de taux de glucose, peut voir son mécanisme perturbé par ce trouble. Par conséquent, le cerveau, pour pallier à la chute des taux de sucre, répondra de différentes manières.

Il pourra, par exemple, stimuler les glandes surrénales afin de permettre la sécrétion d’adrénaline ou du cortisol. Il active également le pancréas pour permettre la sécrétion du glucagon. Le glucagon est une hormone hyperglycémiante. Enfin, il favorisera la stimulation de l’hypophyse, une glande endocrine, pour permettre la sécrétion d’hormones de croissance.

Un malaise hypoglycémique chez un sujet sain n’aura pas de graves conséquences et ne consistera pas un risque pour la santé. Toutefois, chez un sujet diabétique, il sera nécessaire d’adapter le traitement avec l’injection d’une dose d’insuline ou une prise de médicaments.

Diagnostic de l’hypoglycémie

Pour déterminer la gravité de l’hypoglycémie, un médecin devra réaliser des analyses de sang. Cela lui permettra de mesurer le taux de sucre dans le sang de la personne et d’établir un diagnostic. Chez un sujet diabétique, le docteur se basera sur les symptômes courants décrits. Une glycémie basse permettra de confirmer ce diagnostic.

Chez les sujets sains, qui ne souffrent pas d’un diabète, le docteur se basera également sur la description des symptômes. Toutefois, son diagnostic prendra en considération également l’historique médical, des analyses cliniques et des analyses courantes. Chez l’enfant en bas âge, le diagnostic est plus difficile à établir car celui-ci ne peut pas décrire ce qu’il ressent.

Traitements

Chez une personne non diabétique, si les signes d’une glycémie basse disparaissent, après quelques minutes, suite à l’injection de glucose, on est face à une hypoglycémie typique. Toutefois, si on ne constate pas de relation entre les symptômes et le taux de glycémie chez une personne non diabétique, il faudra réaliser d’autres examens.

Face aux crises d’hypoglycémie, plusieurs traitements sont possibles. Tout d’abord, la personne peut consommer du sucre pour élever le taux de glucose dans le sang. Le médecin peut également modifier la dose de médicaments. Il peut également suggérer la consommation de plusieurs repas légers pendant le jour. Si l’hypoglycémie est provoquée par une tumeur, le docteur pourra décider de réaliser une ablation chirurgicale. Une personne connaissant des épisodes d’hypoglycémie doit porter un bracelet afin d’avertir les professionnels de santé de leur condition.

Solutions contre les symptômes des crises hypoglycémiques

Pour les symptômes légers de l’hypoglycémie, la consommation de sucre permet de les éliminer après quelques minutes. Chez une personne diabétique, si l’administration orale de sucre ne fonctionne, on réalise une injection intraveineuse de glucose. Pour une personne diabétique, les sulfamides hypoglycémiants font partie des traitements principaux. Toutefois, ces sulfamides peuvent provoquer, comme effet secondaire, la survenue de crises d’hypoglycémie. Le médecin pourra donc décider de modifier leur prescription.  

La personne sujette à des épisodes fréquents de ce trouble pourra emporter avec elle du glucagon pour stimuler la libération de glucose par le foie. Lorsqu’un médicament est responsable de l’hypoglycémie, un ajustement de sa dose ou son remplacement est réalisé. On pourra décider de se passer des insulinomes par exemple.

Par ailleurs, la limitation de la consommation de glucides pourra réduire les crises d’hypoglycémie après les repas. Le docteur pourra aussi prescrire des inhibiteurs de l’alpha-glucosidase, tels que l’acarbose, qui permettent de ralentir l’absorption des glucides.

Enfin, il existe une solution ingénieuse pour traiter un symptôme plus précis de l’hypoglycémie, à savoir la transpiration excessive provoquée par l’adrénaline. DORSUP a conçu une taie d’oreiller absorbante . Celle-ci permet d’absorber la transpiration au niveau de la tête. Par conséquent, la personne ne se réveille plus pendant la nuit à cause de la survenue des sueurs. Garantie à vie, cette taie d’oreiller absorbante est conçue dans un textile optimal.

Cliquez pour aller voir la boutique DORSUP spécialiste des sueurs nocturnes

Ultra absorbant contre les sueurs nocturnes

Pour les autres troubles consécutifs aux crises d’hypoglycémie, il conviendra de consulter un professionnel de santé qui décidera des traitements nécessaires pour les contrôler.